24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 16:43

 

 

C'est le printemps, enfin il paraît, car pour l'instant je n'ai pas vraiment quitté mes habits d'hiver. Mais je ne désespère pas que l'on ait tous du soleil cette année. Surtout à partir de la mi-juin, j'anime de nouveau un stage dans le magnifique cadre bucolique des Esserres, à Lavacquerie (60).

stage

 

Voici, donc l'affiche de promotion de ce stage. Par contre ce n'est pas moi qui gère cela, donc allez sur le site des Esserres pour les inscriptions et autres renseignements, entre autre pour l'hébergement, car c'est possible sur place.

                                                                    http://les-esserres.net/

 

Pis dans les nouveaux liens, je mets celui des Disques de Hangar 221, paske c'est des indépendants et pis surtout que ça fait un paquet d'années que P'tit Manu se bagarre pour offrir des terrains d'expressions (disques, concerts,etc..) à des groupes dit non conventionnels ou académiques. Alors, même si tout n'est pas ma tasse de thé, je continue de supporter le mouvement surtout quand celui-ci est incorruptible pour ne pas dire têtu!! (rien à voir avec le magazine).

                                                      http://lesdisquesduhangar221.wordpress.com/

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Lo*
  • Le blog de Lo*
  • : Sculptures métalliques Ferronnerie Insektes
  • Contact

[Cafard-naüm]:

 



Plus de 420 millions d’années nous séparent des arthropodes marins sortant des océans et peuplant peu à peu notre Terre.

Encore maintenant, 10 000 000 000 000 000 000 de corps segmentés, aux pattes articulées et à l’exosquelette coriace subsistent à nos côtés.

L’histoire humaine, de par ses systèmes politiques et communautaires, semble pouvoir être traduite en langage insektoïde. [CAFARD-NAÜM] pourrait ainsi, à travers l’allégorie des insectes, traiter une certaine perception de la réalité extérieure, où le choix des matériaux -déchets industriels de récupération- symboliserait une vision matérialiste pessimiste de notre environnement…

Mais avant tout, [CAFARD-NAUM] est une exposition grouillante, sonore et allumée. Une mise en espace « in situ » d’une multitude de spécimens d’insektes qui, à l’instar de leurs ancêtres, se déploient, s’adaptent à l’espace dans lequel ils évoluent..

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog